Vilonovo 2016 : contrôles radars fréquents

Vilonovo 2016Quel bonheur de pouvoir à nouveau épingler un dossard après ces longs mois d’hiver ! Pour ma première course de la saison, j’avais choisi de participer à la Vilonovo 2016, course de village de 10,5 kms, en préparation du Semi-Marathon de Nice. Première course également sous les couleurs de l’ASPTT DIGNE-LES-BAINS, qui avait fait de cette compétition une sortie club. Analyse.

  1. Bilan perso
  2. Avis technique

1/ BILAN PERSO

Cette course constituait pour moi un test de mon état de forme après 3 mois de plan d’entraînement en vue du Semi-Marathon de Nice. J’attendais donc beaucoup de cette compétition, qui allait me révéler si les efforts consentis avaient payé. Je n’ai pas été déçu : j’ai découvert un parcours très agréable, varié et une organisation de qualité. J’ai également pu faire connaissance avec beaucoup de nouveaux visages du club, et retrouver d’anciens amis. Didier, notre président, avait superbement organisé le déplacement, et nous avons en outre bénéficié d’une excellente météo (17°, couvert sans pluie). J’ai surtout été très content de ma forme tout au long de la course, sans fatigue excessive, ayant conservé des capacités de relance sur tout le parcours pourtant vallonné, jusqu’au sprint final.

Mes partenaires d’échauffement m’ayant averti que le profil de la course était vallonné, je suis donc parti en retrait, prudemment, ne sachant pas trop comment j’allais pouvoir gérer mon effort sur ce parcours inconnu, après avoir conseillé à Delphine d’en faire autant. Après la petite montée de la Poste, nous entamions le tour du centre-ville… par une descente ! Etant plutôt descendeur, je lâchais les chiens et remontais déjà quelques concurrents. Le parcours redevenait plat jusqu’au km2, où nous attaquions à nouveau une grande descente. Je doublais à ce niveau Alain et Flo, avec qui j’avais fait le trajet en minibus jusqu’à Villeneuve. Les jambes et le cardio étaient au vert, me disant au fond de moi de profiter de cette portion de parcours favorable pour dérouler, car ça n’allait pas durer.

Après un premier (mais bref) petit coup de cul, le parcours bifurquait sur la gauche, abandonnant le macadam pour une piste de terre agréable, qui nous conduisait jusqu’au premier ravito. Brève gorgée, et nous attaquions un sentier ombragé mais vallonné, où il devenait difficile de doubler. Les appuis se faisaient alors plus prudents, notamment après qu’un concurrent derrière moi se soit pris le pied dans une racine et vautré par terre, heureusement sans bobo. Sur une portion un peu plus large, je revenais sur Christophe, parti un peu vite, et lui glissais un mot d’encouragement en le doublant.

Deux à trois kilomètres supplémentaires s’enchaînaient à une allure moins rapide mais plutôt régulière, sur un profil devenu beaucoup plus varié, qui me rappelait beaucoup le sentier de Caguerenard, à DIGNE. Ce single monotrace en sous-bois interdisait tout dépassement, mais j’avais pris le bon wagon, et mes devanciers partageaient mon allure. Nous rejoignions une piste de terre, où quelques simili-panneaux routiers et un faux radar automatique, flashant les excès de vitesse, me décrochaient un sourire.

Arrivait le 2ème ravito, où je cherchais en vain un sucre (ayant oublié ma dosette de gel au mini-bus, grrrr). Je doublais Greg dans la descente, le macadam ayant refait une courte apparition, avant de virer à droite à nouveau sur un chemin de terre à travers champs. Je marchais dans une longue ascension, avant de reprendre mon rythme de croisière jusqu’au point culminant du parcours. S’en suivait une longue descente où mon état de forme me permettait de dérouler à nouveau. A 2,5 km de l’arrivée, la piste rejoignait une route goudronnée descendante, que nous n’allions plus quitter jusqu’à l’arrivée : le bonheur. Sentant qu’il me restait du jus dans les jambes, je rattrapais un petit groupe de 3 coureurs, que je n’allais plus quitter. Je reconnaissais alors Claire, qui menait grand train. Le dernier kilo étant dépassé, je décidais de tout donner. Le souffle devenait court, et Claire et moi nous doublions successivement. Le public, nombreux, encourageait, et la banderole de l’arrivée était toute proche. Claire était toujours à ma hauteur à l’entrée de la dernière ligne droite. Nous allions devoir sprinter ! Nous aurions pu finir main dans la main, mais galant comme il se doit, je la laissais franchir la ligne en premier.

5 étoilesGrande satisfaction pour cette course où je termine 147ème sur 331 concurrents, en 56’48, avec une bonne gestion de mon allure. J’établis un RP de V1 en 54’04 sur 10 km (mon vrai RP d’il y a 15 ans est à 44’04, mais c’était en SH !). Un bémol toutefois : avoir oublié ma dosette de gel pour le ravito. Le club remporte de nombreux podiums individuels (dont Claire en V2 !), ainsi que le Challenge du nombre avec 28 coureurs inscrits.

2/ AVIS TECHNIQUE

Un grand merci à tous les bénévoles du Comité des Fêtes et du Cyclo-club de Villeneuve pour l’organisation de cette belle épreuve, qui aura permis aux 330 concurrents de débuter la saison dans une excellente ambiance. Analyse de l’organisation et avis.

Communication :

– Site web : De conception ancienne, il retrace l’historique de l’épreuve, présente son parcours et on y trouve les renseignements essentiels. Pas de mise à jour immédiate après l’épreuve : dommage !
– Réseaux sociaux : Pas de compte Twitter officiel, ni de page Facebook, ni de compte Instagram. Un moyen pourtant facile d’augmenter sa visibilité et son audience sur le web.
– Presse : Quelques articles dans la presse locale
– Newsletter : Pas d’outil dédié, juste une liste de diffusion. Il existe pourtant des applications gratuites de gestion de newsletter simples d’utilisation (savoir celles que je recommande)
– Le petit + : Silhouettes de coureurs au bord de la route nationale pour annoncer l’épreuve

Logistique :

– Collectivité : Bon soutien de la commune (mise à disposition de matériel et de locaux)
– Inscriptions : Tarif raisonnable et progressif, mais pas d’inscriptions en ligne : dommage ! Il existe pourtant des applications simples d’utilisation qui allégeraient l’organisation pour un surcoût (1€) que les coureurs sont désormais prêts à supporter (savoir celles que je recommande)
– Accessibilité : parkings nombreux, mais manque de fléchage pour y accéder
– Retrait des dossards : Efficace et correctement organisé
– Parcours : Correctement balisé, bornes kilométriques visibles et bien étalonnées. Le profil ne présente pas de dangerosité particulière.
– Chronométrage : Fait maison semble-t-il. Les résultats affichés et diffusés révèlent un décalage d’un rang (arrivé 147° au sprint dans le même temps que Claire CORREIA, on m’a affecté le temps du 148°)
– Le petit + : Le point culminant du parcours est matérialisé par une banderole.

Ravitaillements :

– Nombre : Deux + arrivée
– Emplacement : Judicieusement répartis sur le parcours, et annoncés 100m avant par panneaux
– Contenu : Absence de solide sur les ravitos du parcours (je n’y ai vu que du Coca et de l’eau, ou alors je suis passé trop vite !)
– Le petit + : Le ravito de l’arrivée est copieux et varié, agrémenté d’un buffet campagnard sympathique pendant la remise des prix.

Vilonovo 2016
Podium collectif de l’Asptt Digne pour le challenge du nombre

Sécurité :

– Signaleurs : bénévoles nombreux et placés judicieusement, y compris à des endroits non carrossables.
– Circulation : Pas de gêne particulière et correctement maîtrisée
– Médicalisation : un poste de secours à l’arrivée. Peut-être un autre à hauteur du ravito n°2 mais je ne m’en souviens pas.

Récompenses :

– Sac coureurs : Quelques produits locaux. Pas de T-shirt : dommage ! C’est pourtant un bon support publicitaire, qui assure en outre la promo de l’épreuve au sein du peloton pendant tout le reste de l’année.
– Sponsoring : Implication de commerçants locaux, dont certains tiennent des stands sur l’aire d’arrivée.
– Remise des prix : Dynamique, rythmée et conviviale, dotation généreuse, y compris au challenge du nombre.
– Le petit + : Tirage au sort de lots à l’issue de la remise des prix, parmi les coureurs présents.

Animations :

– Accueil des bénévoles : L’implication est manifeste et les sourires chaleureux
– Bonne ambiance conviviale et public nombreux à l’arrivée
– Courses enfants avant la remise des prix
– Le petit + : Sur le parcours, présence d’une vraie borne de contrôle radar automatique qui flashe les coureurs avant le ravito n°2.

En conclusion

rank8Très belle épreuve que cette Vilonovo 2016, qui permet à chacun de démarrer la saison par une distance accessible à tous, sur terrain varié, dans des paysages apaisants. Un grand bravo à tous les bénévoles pour leur disponibilité et leur remarquable investissement. Une piste d’amélioration pour 2017 : optez pour les inscriptions en ligne et développez votre présence sur les réseaux sociaux, et tout sera parfait !

2 pensées sur “Vilonovo 2016 : contrôles radars fréquents

Qu'en pensez-vous ?